UDICC

Actualités de la communauté UDICC



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques exemples de nos réalisations rendues possibles par votre soutien en 2017 :


L’UDICC, abréviation d’Union pour le Développement Intégré de Cerca-Carvajal, est l’une des régions les moins développées du département du Centre d’Haïti. Cette région, principalement rurale, ne dispose de presque aucune infrastructure publique comme des écoles, des routes, des centres médicaux ou des banques. La seule façon d’y circuler est d’utiliser des chemins de terre, souvent en mauvais état, même pendant la saison sèche, et qui sont parfois impraticables pour les véhicules. Il n’existe aucun service d’électricité dans cette région rurale.

Les défis que représente la vie ici semblent presque insurmontables. Ceux qui le peuvent gagnent tout juste de quoi vivre de l’agriculture de subsistance. Cependant, leur production est très faible, ce qui signifie qu’ils ne produisent pas suffisamment pour manger et avoir un petit revenu leur permettant de couvrir leurs besoins fondamentaux. Le chômage est endémique. Partout, le manque d’équipement est frappant. Le taux d’analphabétisme est très élevé. Par conséquent, la communauté s’enfonce de plus en plus dans la pauvreté. Ces conditions, qui peuvent sembler être sans espoir, affectent le moral des familles et provoquent une migration constante vers d’autres régions. 
Protection des enfants
  • 20 églises ont été mobilisées afin de promouvoir la bonne nutrition, ainsi que l’accès à l’eau potable et des activités d’hygiène et de santé
  • 30 enfants et jeunes ont été formés aux techniques parentales positives
  • 30 dirigeants ont été formés aux techniques parentales positives
  • 35 enfants et jeunes ont été mobilisés afin de promouvoir la bonne santé, l’accès à la nourriture et à l’eau, et des activités d’hygiène et de nutrition
  • 40 parents ont été formés aux techniques parentales positives
  • 440 personnes ont été exposées à des campagnes de sensibilisation à la protection de l’enfance
Développement communautaire
  • 1 plan commun a été élaboré en collaboration avec le bureau régional du ministère de la Santé
  • 10 enfants et jeunes ont mis en œuvre des activités conjointes avec des partenaires et des programmes
  • 15 partenaires participent activement à la planification du groupe et à la prise de décision
  • 26 églises organisent des activités communes entre les partenaires et les programmes
Santé et nutrition
  • 11 cliniques mobiles ont été installées pour offrir des services de santé
  • 11 groupes de mères ont été sensibilisés à la pratique exclusive de l’allaitement
  • 16 soignants qui s'occupent d'enfants souffrant d’insuffisance pondérale ont suivi une formation en nutrition et ont appris comment fournir des repas santé favorisant la croissance des enfants.
  • 20 cliniques mobiles ont été installées pour la gestion communautaire des cas de malnutrition aiguë
  • 200 visites à domicile ont été organisées pour la gestion communautaire des cas de malnutrition aiguë
  • 37 enfants de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë se sont rétablis grâce aux programmes de gestion communautaire de la malnutrition aiguë
  • 4968 enfants ont eu accès à des soins de santé essentiels
  • 590 femmes ont eu accès à des soins de santé essentiels
Eau, Assainissement & Hygiène
  • 1 nouvelle toilette et installation sanitaire a été construite dans une école, offrant aux élèves de meilleures conditions d’apprentissage.
  • 2 communautés locales ont reçu une formation sur l’assainissement et les personnes ne défèquent plus dans des espaces ouverts, ce qui aide à protéger davantage d’enfants contre les maladies.
  • 224 ménages ont reçu une formation en hygiène et ont maintenant des stations de lavage des mains avec du savon, ce qui permet aux familles d’améliorer l’hygiène à la maison et de réduire les maladies.
  • 4 installations scolaires disposent maintenant d’une source d’eau principale fonctionnelle et accessible
  • 4 sources d’eau ont été construites ou remises en état dans des écoles, en partenariat avec d’autres organismes
  • 4 points d’eau, installations sanitaires et postes de lavage des mains sont gérés par des comités responsables de l’eau, de l’hygiène et de la santé
  • 406 personnes ont été formées aux bienfaits de l’hygiène et des technologies sanitaires
  • 430 installations sanitaires essentielles ont été construites dans lesménages par des membres de la communauté grâce à des contributions financières ou en nature de la communauté
  • 50 formations ont été données sur le traitement des eaux pour les ménages et les installations centrales
  • 714 ménages ont été formés au traitement des eaux
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019

Explorez UDICC

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à UDICC

De nombreux enfants ne peuvent aller à l’école.

Peu d’enfants de l’UDICC vont à l’école, car leurs parents n’ont pas les moyens de les y envoyer. Pour eux, c’est juste un état de fait. L’éducation publique existe à peine. Seulement 2 écoles sur 40 sont publiques, les autres sont des écoles privées. Les familles doivent débourser les frais de scolarité et acheter les uniformes et les fournitures scolaires. Lorsque les parents arrivent à peine à mettre du pain sur la table, il ne reste pas suffisamment d’argent pour que les enfants aillent à l’école. Souvent, les parents sont eux-mêmes illettrés et accordent peu de valeur à l’éducation. De plus, l’accès physique pose parfois problème aux familles les plus éloignées.

En outre, dans ce contexte, le terme « privé » ne signifie pas une éducation plus exclusive, voire meilleure. La qualité de l'enseignement dont bénéficient les enfants fréquentant ces établissements est très faible. Les écoles sont souvent de petits bâtiments en piètre état où l’équipement de base et le matériel pédagogique sont insuffisants. Les enseignants sont surchargés de travail, sous-payés et pour la plupart, ils manquent de qualifications. Peu d’importance est accordée à la limite du nombre d’élèves par enseignant et du nombre d’enfants par classe.

Aider les enfants à recevoir une éducation peut changer leur vie. Votre soutien permettra de :
  • aider les parents à comprendre l’importance de l’éducation pour l’avenir de leurs enfants et de l’ensemble de la communauté;
  • assumer les frais de scolarité et procure les uniformes et les fournitures scolaires pour que les enfants puissent fréquenter l’école;
  • former les enseignants et les directeurs d’écoles pour améliorer la qualité de l’enseignement dispensé;
  • construire et rénove des écoles en partenariat avec les autorités locales et la communauté;
  • créer des associations de parents et d’enseignants pour soutenir les enfants sur une base continue et améliorer la qualité de l’enseignement qu’ils reçoivent;
  • fonder des clubs d’enfants et fait la promotion d’activités récréatives, sportives et artistiques, pour intéresser les enfants, les aider à développer leurs talents et les motiver à continuer d’apprendre.
De nombreux facteurs contribuent à la mauvaise santé des enfants.

Il n’y a que deux petites cliniques qui sont difficiles d’accès pour les familles provenant de régions rurales. Ces cliniques manquent de personnel, de fournitures médicales et d’équipement pour pouvoir prodiguer des soins de qualité. D’un point de vue général, il est difficile d’obtenir des traitements dans ces communautés et peu de familles disposent des ressources nécessaires pour en profiter. Par conséquent, les familles continuent à avoir recours aux guérisseurs traditionnels et aux remèdes maison, ce qui contribue à alourdir le fardeau de la mauvaise santé.

La région dispose d’abondantes réserves d’eau, mais elle n’a ni les ressources financières ni les capacités gouvernementales nécessaires à l'exploitation de ces ressources. Les familles dépendent de l’eau de surface comme source d'eau potable. Comme la plupart de ces sources d’eau ne sont pas protégées, elles sont facilement contaminées. Plus de la moitié des familles boit de l’eau qui n’est pas potable. Peu ont des latrines. Les enfants souffrent fréquemment de diarrhées, de fièvres typhoïdes et d’autres maladies véhiculées par l’eau.

La principale raison pour laquelle les enfants et familles ne sont pas en bonne santé est sans doute le manque de connaissances. Les parents en savent peu sur les aspects les plus fondamentaux des soins de santé et de la prévention des maladies. Les mères ne connaissent pas les soins prénataux, par conséquent, elles sont affaiblies et donnent naissance à des bébés de faible poids, déjà affaiblis, eux aussi. Elles ne connaissent ni les bonnes méthodes d’alimentation ni les aliments qui pourraient aider leurs enfants à prendre du poids. Elles ne sont pas non plus au fait des techniques de manipulation sécuritaire des aliments ou de protection de l'eau, ni des bonnes pratiques d’hygiène qui peuvent protéger leurs enfants des infections. Elles ne sont pas en mesure de déterminer quand les enfants ont besoin d’aide ni quand les guérisseurs en profitent. Il n’est donc pas surprenant de constater que les taux de mortalité chez les mères et les enfants sont élevés ici.

Pour améliorer les infrastructures et fournir la formation qui permettra aux enfants de vivre en meilleure santé, Vision Mondiale travaillera à : 
  • construire un centre médical local en partenariat avec la communauté;
  • établir et approvisionner une clinique de premiers soins accessible;
  • montrer aux membres de la communauté, particulièrement aux mères et aux sages-femmes, les bonnes pratiques d’hygiène et les moyens de prévenir les maladies;
  • aider les enfants et les femmes en âge de procréer à recevoir les vaccins et les suppléments de vitamines appropriés;
  • enseigner les bases de la nutrition aux parents dont les enfants souffrent de malnutrition et leur montrer comme préparer des repas nutritifs avec des ingrédients locaux. Les enfants seront suivis pour veiller à leur rétablissement. De plus, nous aiderons les parents à aménager des jardins familiaux où ils pourront cultiver des légumes et élever de petits animaux;
  • creuser des puits, en remettre en fonction et protéger les sources;
  • aider les familles à construire des latrines.
Des revenus d’agriculture faibles signifient que les familles ne peuvent subvenir adéquatement aux besoins de leurs enfants.

Pour la plupart des familles, la pratique de l’agriculture constitue leur seul moyen de survie. Mais les producteurs font face à des situations difficiles. La région est aux prises avec un déboisement intensif, laissant le sol exposé au soleil et à l’érosion. Il pleut rarement et les systèmes d’irrigation sont inexistants. Les pratiques agricoles sont désuètes et les agriculteurs ne disposent d’aucune assistance technique. Les semences utilisées et le bétail élevé sont de piètre qualité et ne sont pas suffisamment résistants pour rapporter de bons revenus. Il y a un petit marché informel, mais les mauvaises conditions de transport les empêchent de se rendre aux marchés pour vendre leurs produits et en tirer un prix équitable. Les familles ne gagnent pas suffisamment d’argent pour répondre à leurs besoins fondamentaux.

Il n’y a pas d’organisation communautaire, c’est pourquoi ici les familles ne peuvent se faire entendre. Il n’existe pas non plus d’organisation pour les agriculteurs, c’est pourquoi ils ne peuvent se regrouper pour demander de l’aide, acheter des fournitures ou négocier des tarifs plus élevés. Votre parrainage aidera ces agriculteurs à produire plus et à être mieux rémunérés pour leur dur labeur. Vision Mondiale aidera à : 
  • construire et réparer des systèmes d’irrigation;
  • mettre sur pied un centre pour former les producteurs agricoles et leur enseigner de nouvelles méthodes et technologies;
  • créer des banques pour les intrants agricoles comme les semences et les outils;
  • introduire des races de bétail et des semences améliorées;
  • créer des coopératives d’épargne et de prêts;
  • renforcer les organisations communautaires et former les dirigeants.
Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

UDICC, Haïti, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès