Ketumbeine

Actualités de la communauté Ketumbeine

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :


L’enfant que vous parrainez vit à Ketumbeine, dans la partie nord-est de la Tanzanie, au nord d’Arusha. La terre est sèche et les précipitations sont irrégulières. La plupart des précipitations arrivent au début du printemps. Presque toute la population est Maasai, une société pastorale dont la culture et les revenus sont basés sur les troupeaux de bétail. Les saisons sèches prolongées ou les sécheresses peuvent donc être dévastatrices. La plupart des familles souffrent de malnutrition et 83,1 % des foyers sont démunis, survivant avec moins d’un dollar par jour. Les habitants dépendent du bétail, leur seule source de revenus ; ce qui explique la pauvreté. De plus, la culture est majoritairement patriarcale et les droits des jeunes filles et des femmes sont souvent ignorés. Le rite de passage consistant à mutiler les organes génitaux des jeunes femmes est commun. Ensuite viennent souvent les mariages précoces et parfois forcés et les grossesses précoces.

  • 495 membres de la communauté ont été formés sur les droits des enfants et sur les problèmes de protection, afin d'assurer la sécurité et la participation des enfants
  • 475 jeunes dirigent ou assistent aux parlements d'enfants pour défendre leurs droits et influencer les décisions locales
  • 19 parlements d'enfants encouragent les jeunes à défendre leurs droits et à participer aux décisions communautaires
  • 143 membres de la communauté ont appris comment travailler avec les autorités locales et influencer les décisions pour améliorer les services et le bien-être des enfants
  • 12 groupes communautaires se sont engagés auprès des autorités locales pour faire valoir leurs droits et créer des changements positifs pour les enfants
  • 18 enfants ont reçu les ressources dont ils avaient besoin pour apprendre telles que le paiement de leurs frais de scolarité, des fournitures scolaires, des livres et uniformes
  • 38 enfants et membres de la communauté sont mieux équipés pour se protéger des catastrophes et réagir en cas d'urgence
  • 18 enfants mal nourris ont été inscrits à des programmes de nutrition et surveillés pour s'assurer qu'ils grandissent en bonne santé
  • 72 personnes ont reçu des formations professionnelles en commerce et en finance, améliorant leurs chances de gagner un revenu stable
  • 112 agriculteurs ont appris des techniques pour améliorer la production animale et le rendement des cultures afin de mieux subvenir aux besoins de leurs enfants et de leur famille.
  • 257 agriculteurs ont reçu du bétail, des graines ou des outils pour améliorer leur rendement et mieux subvenir aux besoins de leurs enfants et de leur famille.
  •  1,480 enfants et adultes sont membres des groupes d'épargne, aidant les familles à répondre à leurs besoins financiers et à avoir accès à de petits prêts
  • 74 groupes d’épargne aident les adultes et enfants à économiser et à obtenir des prêts pour faire croître leurs entreprises ou couvrir des dépenses de base

Explorez Ketumbeine

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Ketumbeine

Ressources: La sécheresse menace le bétail
Les saisons sèches prolongées compromettent les pâturages de la zone depuis de nombreuses années. Ce fut particulièrement le cas lors des grandes sécheresses de 2005 et 2006, qui ont causé des pénuries alimentaires, où la population n’avait plus rien sur quoi compter. En 2007, plus de bétail est mort à cause des pâturages souillés par des cendres volcaniques.

Actuellement, la production laitière moyenne pour une vache locale est faible et des efforts doivent être apportés pour améliorer la race et avoir accès à des services alimentaires/de fourrage et vétérinaires. Les parcelles de cultures sont petites et sur des pentes. Les techniques agricoles sont si mauvaises que les fermes de plus d’un hectare ne produisent souvent que 2 ou 3 sacs (100 kg) de maïs pour un acre, soit moins de la moitié du rendement moyen prévu.

Plans pour le développement économique 
Nous soutiendrons les gardiens pastoraux/de bétail grâce à des formations sur la gestion des maladies animales et la vaccination des animaux.

Pour offrir des alternatives de revenus et réduire la dépendance du bétail, nous formerons les agriculteurs à la culture de semences résistantes à la sécheresse et à des techniques agricoles améliorées. De plus, ils auront accès à des semences améliorées et à un entreposage des céréales approprié.

Nous améliorerons aussi la connaissance et les compétences des agriculteurs en irrigation et formerons les groupes à des techniques de culture de fruits et légumes pour une meilleure nutrition.

Grâce à votre soutien, les apiculteurs auront accès à des ruches modernes et de nouvelles techniques. Les groupes de femmes recevront une formation sur les compétences entrepreneuriales et la gestion de petits commerces de décorations maasai faites de perles.

De plus, Vision Mondiale aidera les membres de la communauté à améliorer l’accès des foyers aux établissements de microcrédit en les encourageant à participer à des sociétés coopératives d’épargne et de crédit.

Nous encouragerons également la création d’organisations communautaires et les compétences en affaires pour un avenir durable.

Eau et santé: Les mères et les bébés sont en danger
Un manque d’accès à de l’eau potable et des soins de santé, un manque de nourriture nutritive et la prévalence du VIH apportent de nombreux problèmes aux personnes vulnérables.

Les services et dispensaires médicaux sont difficiles d’accès. En plus d’un manque de nutrition adaptée, un tremblement de terre et des éruptions volcaniques se sont produits en 2007, détruisant les sources et systèmes d’eau de certains villages. Bien que le gouvernement essaie de résoudre la pénurie d’eau, des femmes doivent toujours marcher au moins 5 km par jour pour chercher de l’eau.

Dans cette communauté conservatrice, le VIH et le sida ne sont pas des problèmes alarmants. Par contre, certaines zones voisines présentent une forte prévalence pour les 2. Le déplacement de jeunes entre les communautés pour trouver du travail les met en danger.

Les plans pour lamélioration de la santé
Pour aider les mères, nous fournirons des formations et de l’aide aux travailleurs de la santé pour aller voir les mères et leur donner de l’information sur la préparation de repas nutritifs pour leurs enfants avec des produits disponibles localement.

Grâce à votre aide, les travailleurs de la santé des villages seront formés pour encourager les membres de la communauté à garder de petits animaux (lapins, poulets, etc.) pour que les mères puissent gérer les sources alimentaires de leurs enfants. 

Pour lutter contre la pénurie d’eau et les grandes distances pour aller chercher de l’eau, les membres de la communauté recevront de l’aide pour construire des barrages et récupérer l’eau de pluie dans les écoles et dispensaires.

Nous travaillerons également avec la communauté pour construire des dispensaires afin d’offrir un meilleur accès aux soins de santé de base aux mères et aux enfants.

En aidant les écoles à créer des clubs de santé, la sensibilisation au VIH et au sida sera favorisée grâce à des formations en compétences pratiques et les enfants seront mieux informés sur la prévention du VIH.

Les chefs communautaires, travailleurs de la santé et comités de santé seront formés pour éduquer la communauté sur la prévention et la gestion de la diarrhée et du paludisme ainsi que du VIH et du sida.

Éducation: sous-estimée et difficile à obtenir
Les écoles négligées, les enseignants mal équipés et le manque de sensibilisation à l’importance de l’éducation empêchent les enfants de se construire un meilleur avenir.

Ketumbeine est une communauté pastorale (avec des troupeaux). Le taux d’alphabétisation est faible, car s’occuper des animaux est considéré comme plus important que l’éducation formelle.

La présence des filles à l’école est faible et les droits des enfants sont très mal connus. Les enseignants sont découragés de venir travailler dans la région, car l’environnement difficile rend les conditions de vie et même le transport difficiles.

Il n’y a pas assez de formation pour les enseignants et la plupart des salles de classe n’ont pas assez d’espace, de fournitures ou d’équipement pour offrir un environnement d’apprentissage adapté. Plus de 25 % des enfants à l’école primaire doivent parcourir plus de 5 km chaque jour, ce qui a un impact négatif sur l’assiduité et augmente le taux d’abandon, pourtant déjà élevé.

La plupart des parents n’ont pas reçu beaucoup d’éducation formelle et ne voient pas l’école comme une priorité pour leurs enfants.

Plans pour léducation
Notre priorité principale est d’augmenter le taux d’inscription à l’école primaire, pour les garçons comme pour les filles. Les enseignants de primaire apprendront de meilleures méthodes pédagogiques et les chefs communautaires ainsi que les volontaires du suivi des enfants seront informés sur les droits des enfants.

Nous soutiendrons le développement des infrastructures scolaires et augmenterons le taux d’inscription à l’école en aidant à construire des salles de classe, des dortoirs et des résidences pour les enseignants.

Pour permettre aux enfants d’avoir un impact positif sur la communauté, ils seront encouragés à participer à des réunions et comités de développement de la zone et seront intégrés à nos initiatives de sensibilisation. De plus, les parents recevront une éducation en alphabétisation des adultes.

Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Ketumbeine, Tanzanie, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès