Nawagattegama

Actualités de la communauté Nawagattegama



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :


L’enfant que vous parrainez vit dans la communauté de Nawagattegama, étalée sur 167 km2, dans la « région aride » du Sri Lanka. Cette région se situe à 130 km de Colombo, la capitale, et se caractérise par ses sècheresses fréquentes. Les températures moyennes annuelles sont comprises entre 28 °C et 34 °C. Ces conditions arides rendent la vie des habitants difficile car la grande majorité d’entre eux vivent de l’agriculture et de leurs récoltes qui dépendent des précipitations. Certains agriculteurs ont accès à l’irrigation pour leurs cultures, d’autres non.

Il y a environ 20 ans, une lourde relocalisation a fait considérablement augmenter le nombre d’habitants. Mais il n’y a pas assez d’eau pour répondre aux besoins agricoles quotidiens de base, même pour ceux qui ont accès à l’irrigation. Presque 90 % des familles n’ont pas accès à l’eau potable et seulement 27 % ont des latrines. Ceci signifie que la santé des enfants est mise en danger par les maladies véhiculées par l’eau et liées à l’hygiène, telles que la diarrhée.​

Protection des enfants
  • 1093 garçons et filles sont désormais inscrits dans des groupes d’enfants
  • 11 partenaires et groupes communautaires ont fait des contributions qui améliorent le bien-être des enfants, les aidant à bâtir une communauté plus sûre pour les garçons et les filles.
  • 130 enfants ont pris des mesures pour aider à mettre fin à la violence contre les filles et les garçons, en sensibilisant la communauté à la protection des enfants contre les préjudices et les mauvais traitements.
  • 14 groupes communautaires et de particuliers ont collaboré à des efforts de défense des droits, encourageant le gouvernement à s’attaquer aux problèmes de protection et de sécurité des enfants.
  • 140 garçons et filles sont désormais inscrits dans des groupes d’enfants
  • 235 personnes ont obtenu des informations sur World Vision et son fonctionnement, apprenant sa priorité pour assurer la sécurité des enfants et comment partager leurs commentaires ou leurs préoccupations
  • 32 mères et pères ont participé régulièrement à des groupes de soutien aux parents, apprenant comment améliorer leurs relations avec leurs enfants et les uns avec les autres.
  • 452 parents ont suivi une formation pour apprendre à discipliner leurs enfants sans violence physique, afin que davantage de filles et de garçons soient à l'abri des mauvais traitements.
  • 37 orphelins et enfants vulnérables, âgés de 0 à 17 ans, ont reçu un soutien de base gratuit par Vision Mondiale
Développement communautaire
  • 2 partenaires ont réalisé des microprojets afin de résoudre les problèmes de bien-être des enfants
Éducation
  • 1 comités de gestion des centres de soins et de développement pour les enfants ont été créés pour surveiller la qualité des centres d’éducation pour les enfants
  • 23 enseignants ont reçu une formation pour fournir une éducation inclusive, adaptée aux besoins des enfants handicapés
  • 273 parents, soignants et membres de la communauté ont été formés pour participer davantage à l’éducation des enfants
  • 33 enseignants du primaire ont été formés aux compétences essentielles
  • 36 documents de lecture ont été conçus et distribués localement au cours des six derniers mois
  • 4 initiatives prises par des comités pour la fréquentation scolaire afin d’améliorer la fréquentation régulière
  • 5 coordonnateurs de groupes d’alphabétisation ont atteint 80 % ou plus dans leur formation, ce qui améliore la façon dont ils éduquent les garçons et les filles à lire et à écrire.
  • 500 parents et soignants ont suivi une formation sur l’importance de l’alphabétisation pour les enfants, afin d'accroître le soutien dont bénéficient les filles et les garçons pour apprendre à lire et à écrire.
  • 7 enseignants au préscolaire ont obtenu un diplôme pour l’enseignement préscolaire auprès d’un institut d’enseignement accrédité
  • 8 nouveaux clubs de lecture ont été lancés, pour aider les enfants à lire et à développer de bonnes habitudes de lecture.
  • 81 enseignants ont terminé une formation sur l’enseignement des compétences en littératie et en numératie aux enfants, afin d'améliorer la façon dont ils enseignent aux élèves à lire, à écrire et à utiliser les chiffres.
Urgence
  • 10 écoles ont un plan de préparation aux catastrophes à jour, afin que les élèves soient mieux préparés et protégés dans les situations d’urgence.
Santé et nutrition
  • 4 groupes se sont attaqués aux problèmes de nutrition
  • 470 enfants en âge d’aller à l’école ont reçu des formations sur la nutrition et des sujets liés
Moyens de subsistance
  • 1 initiative du conseil communautaire a été présenté pour soutenir les propriétaires d’entreprise
  • 100 ménages ont intégré des mesures de réduction des risques de catastrophe dans leur mode de vie
  • 14 agriculteurs ont reçu des semences, du bétail, des outils ou du matériel agricole, qui leur ont permis d'accroître leur production, leur revenu et leur soutien pour leurs enfants.
  • 19 communautés locales ont un plan de préparation aux catastrophes à jour, aidant à assurer à ce qu’un plus grand nombre de filles et de garçons soient préparés et protégés en cas de crise.
  • 192 adultes ont appris de meilleures façons de produire, de récolter ou de transformer collectivement les produits qu’ils vendent, ce qui les a aide à gagner davantage pour subvenir aux besoins de leurs enfants.
  • 2 fournisseurs de services ont été renforcés pour apporter du soutien aux entreprises
  • 42 femmes et hommes sont des membres actifs d'un groupe d'épargne local, ce qui les aide à devenir plus stables financièrement.
  • 47 familles ont lancé une petite entreprise, pour que plus de filles et de garçons puissent voir leurs besoins fondamentaux comblés par une augmentation du revenu de leur famille.
  • 52 ménages ont augmenté leur volume de production
  • 6 organisations communautaires ont élaboré un plan d’action pour la réduction des risques de catastrophe
  • 6 plans d’action pour la réduction des risques de catastrophe ont été mis en œuvre par la communauté
  • 72 propriétaires de petites entreprises ont suivi une formation en gestion d’entreprise afin d’acquérir des compétences qui les aideront à exploiter une entreprise et à gagner leur vie de façon durable.
  • 76 membres de la communauté ont désormais accès à des services de développement d’affaires
  • 76 agriculteurs ont adopté des méthodes de culture améliorées
  • 91 producteurs ont été mis en lien avec les marchés locaux
Eau, Assainissement & Hygiène
  • 512 élèves qui ont suivi une formation en santé et en hygiène pratique maintenant de bonnes habitudes d’hygiène, afin de mieux se protéger contre les maladies.
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019

Explorez Nawagattegama

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Nawagattegama

Mauvaise éducation

Malgré un taux d’alphabétisation national de presque 91 %, de nombreuses régions rurales du Sri Lanka manquent d’établissements scolaires et de ressources. Nawagattegama n’est pas une exception. Le district où se situe Nawagattegama est considéré comme l’un des plus marginalisés du pays :

  • son système d’école maternelle n’est pas en mesure de répondre aux besoins des enfants ;
  • du matériel basique d’enseignement et d’apprentissage est nécessaire dans presque toutes les écoles ;
  • les enseignants qualifiés ont tendance à ne pas venir exercer dans les zones rurales telles que celle-ci, ceux qui viennent sont donc souvent peu qualifiés ;
  • le fait même de se rendre à l’école peut être difficile à cause des longues distances qui séparent les maisons des écoles.

Les opportunités d’entrer au secondaire sont extrêmement limitées. Peu de parents ont eu la chance de recevoir une éducation formelle complète. De fait, il est souvent difficile pour eux de réaliser l’importance de l’éducation pour leurs propres enfants, notamment lorsque les contraintes financières obligent plus de membres de la famille à contribuer aux revenus du foyer.

Problèmes de santé

La santé des enfants est affectée par :

  • l’eau non potable qui rend les enfants vulnérables aux maladies véhiculées par l’eau ;
  • une mauvaise alimentation due aux récoltes qui ont été affectées par la sècheresse ;
  • un manque de bonnes pratiques sanitaires et d’hygiène, les enfants étant donc à risque de contracter des maladies facilement évitables.

Sans aide, les services de santé gouvernementaux sont incapables de répondre aux besoins de la population. L’hôpital rural de Nawagattegama est le seul de la région et manque d’équipement basique, ce qui signifie que de nombreuses personnes doivent parcourir de longues distances afin de recevoir une assistance médicale. Les cliniques de santé pour les mères et les enfants sont peu nombreuses et très éloignées.

Possibilités de revenu limitées

Environ 96 % de la population de Nawagattegama dépend de l’agriculture de subsistance. Les agriculteurs font régulièrement face à une variété d’obstacles qui les empêchent de faire de bonnes récoltes :

  • peu d’entre eux ont les compétences commerciales dont ils ont besoin pour vendre leurs produits ;
  • le mauvais état des routes et des services de transport compliquent l’acheminement de leurs produits vers le marché ;
  • il n’existe pratiquement aucune autre possibilité de génération de revenus.

Tous ces obstacles signifient qu’ils n’ont pas assez de récoltes à vendre, puisqu’ils n’en ont même pas assez à manger. 

Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Nawagattegama, Sri Lanka, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès