Kameme

Actualités de la communauté Kameme



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Grâce au généreux soutien des Canadiens, nous avons commencé à travailler pour améliorer le bien-être des enfants et des familles dans cette communauté. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :
 


La communauté rurale de Kameme compte plus de 22 293 habitants. Elle se situe dans le nord du Malawi, prés de la frontière avec la Tanzanie et la Zambie. De nombreuses familles vivant à Kameme ont émigré de Tanzanie plusieurs années auparavant et ont préservé avec fierté leur identité culturelle.

Les habitants vivent de l'agriculture à petite échelle. Le maïs, qui est la plante la plus cultivée, représente 60 % des apports caloriques des familles. Il en découle des problèmes de malnutrition étant donné que l'alimentation des membres de la communauté n'est pas assez diversifiée.

99 % des membres de la communauté sont chrétiens, mais les pratiques culturelles et les croyances créent un environnement où les enfants ne sont pas toujours protégés ou impliqués dans les décisions qui les concernent. Les familles retirent souvent les filles de l'école et les marient pour recevoir une dot. Les garçons sont encouragés très jeunes à garder le bétail.

46 % des familles sont dirigées par des femmes, ce qui est souvent la conséquence du départ du mari suite à un mariage précoce. Les femmes n'ont pas les mêmes droits et privilèges que les hommes, ce qui crée des défis économiques pour les femmes qui n'ont pas les ressources et le revenu nécessaires pour s'occuper de leurs enfants.
Protection des enfants
  • 1000  réunions sur la protection de l’enfance et des initiatives de défense des droits ont été dirigées par des membres de la communauté, qui ont aidé à informer le gouvernement sur les moyens d’assurer la sécurité des enfants.
Éducation
  • 200 enfants ont été inscrits en maternelle et en enseignement préscolaire
Urgence
  • 300  membres de la communauté ont pris connaissance des changements climatiques et de l’environnement, ce qui leur a permis de mieux comprendre leur incidence sur l’environnement.
Foi
  • 2643  garçons et filles ont pris part à des activités basées sur la foi, approfondissant leur compréhension de l’amour de Dieu pour eux, pour les autres et la nature.
Moyens de subsistance
  • 50 agriculteurs ont reçu des apports de production afin d'améliorer leur exploitation
  • 500  agriculteurs ont appris de nouvelles façons d’entreposer les cultures, de lutter contre les ravageurs et de gérer les semences, les aidant à accroître leur production alimentaire et leur revenu pour subvenir aux besoins de leur famille.
  • 6 parcelles de démonstration dans des champs, à la ferme ou à l’école ont été établies
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019
Éducation
Pour garantir que les enfants de Kameme sachent lire, écrire et puissent réaliser leurs objectifs en matière d'éducation, Vision Mondiale œuvrera à :
  • créer des comités pour superviser la qualité de l'enseignement dispensé dans les écoles et faire en sorte qu'il y ait plus d'enseignants qualifiés ;
  • travailler en collaboration avec les enseignants pour améliorer le matériel pédagogique destiné aux élèves ;
  • motiver les enfants à poursuivre leur éducation par le biais d'activités telles que des clubs d'enfants et des camps de lecture ;
  • renforcer les programmes d’éducation de la petite enfance en formant le personnel et en améliorant le matériel pédagogique ;
  • construire des latrines, des installations permettant de se laver les mains et des poubelles dans l'enceinte de l'école.
Soins de santé
Dans l'optique d'améliorer l'accès des familles et des enfants à l'eau potable, Vision Mondiale travaillera en collaboration avec la communauté pour :
  • informer les parents concernant la santé et la nutrition, en portant une attention particulière aux femmes et aux enfants de moins de cinq ans ;
  • former les familles et les professionnels de la santé à la prévention des maladies fréquentes ;
  • apprendre aux habitants à se protéger du VIH et du sida et apporter un soutien aux personnes atteintes de cette maladie ;
  • faciliter l'accès des familles à des services de santé de qualité et leur donner la possibilité d'enregistrer les naissances.
Alimentation
Pour permettre aux enfants de grandir et de se développer comme il se doit, Vision mondiale aidera les familles à :
  • accroître la production agricole en améliorant la qualité des cultures et du bétail ;
  • augmenter les revenus en créant des groupes d'épargne et mettre en relation les agriculteurs avec les marchés et les fournisseurs ;
  • produire une source de nourriture fondée sur des cultures de fruits et de légumes et l'élevage de petit bétail ;
  • enseigner aux agriculteurs à réduire les pertes de culture et à gérer leurs ressources naturelles.

Explorez Kameme

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Kameme

Éducation
Le système éducatif de Kameme n'est pas favorable à la réussite scolaire. En raison du manque d'enseignants formés, le nombre d'élèves par classe est beaucoup trop élevé. Chaque enseignant doit prendre en charge 109 élèves. Dans ces conditions, il est impossible d'avoir accès à une éducation de qualité et les élèves ne peuvent pas suivre les cours, ce qui se traduit par un taux de réussite de seulement 65 % au collège.

Les mauvaises pratiques en matière d'assainissement de l'eau dans les écoles posent également un problème. En l'absence de latrines, les filles sont susceptibles de manquer l'école ou de mettre fin à leur scolarité lorsqu'elles atteignent la puberté. Les jeunes filles ont besoin de modèles féminins pour les encourager à poursuivre leur éducation, mais très peu d'enseignants à Kameme sont des femmes. Malheureusement, les enfants reçoivent rarement le soutien dont ils ont besoin à la maison, étant donné que la majorité des parents n'ont pas terminé l'école primaire et qu'ils ne voient pas l'intérêt d'une éducation formelle.

Soins de santé
La malnutrition est un problème majeur qui concerne particulièrement les femmes et les enfants de moins de cinq ans. Les familles n'ont pas appris l'importance de préparer des repas sains et équilibrés et les pénuries de nourriture sont courantes, en particulier pendant la saison sèche.

La malnutrition, associée aux mauvaises pratiques en matière d'assainissement et d'hygiène rend les enfants susceptibles de contracter des maladies comme la diarrhée. Les familles sont également sujettes au paludisme chronique et à la pneumonie.

Malheureusement, l'accès aux services de soins de santé est restreint pour la communauté et les ressources nécessaires pour dispenser des soins de qualité sont insuffisantes. Les croyances religieuses influent également sur la santé des familles. Par exemple, les pratiques traditionnelles engendrent des risques de transmission du VIH et il est recommandé aux femmes de ne pas donner naissance à leur premier enfant dans un centre de santé.

Alimentation
Les familles de Kameme peinent à satisfaire les besoins en nourriture de leurs enfants. La majorité des habitants pratiquent l'agriculture à petite échelle et cultivent de petites parcelles de terre. Ils sont sujets aux catastrophes naturelles qui se produisent fréquemment au Malawi, comme les inondations et les sécheresses qui provoquent de grandes destructions pendant les saisons de croissance.

Comme les agriculteurs utilisent des méthodes traditionnelles, leur rendement est faible et l'entreposage des récoltes n'est pas adéquat. Environ 40 % des cultures sont perdues après la récolte. Il est difficile pour les habitants de surmonter ces défis en l'absence de marchés, de fournisseurs ou de crédits provenant d'établissements bancaires qui leur offriraient la possibilité d'avoir des graines et du bétail de meilleure qualité.
Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Kameme, Malawi, est en phase 1

PHASE 1: Bâtir la fondation

En collaboration avec les dirigeants locaux, nous évaluons les besoins et les ressources de la communauté, planifier des projets pour fournir des solutions à long terme. Les opportunités de parrainage et de développement débutent.