Mtinko

Actualités de la communauté Mtinko



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :


La communauté Mtinko en Tanzanie est une municipalité de 17 villages ruraux située à environ 300 km de la capitale, Dodoma. Mtinko connaît un climat tropical semi-aride avec une saison des pluies de novembre à avril et un temps sec et ensoleillé de mai à octobre.

La plupart des familles vivent dans des maisons en boue recouvertes de toits de chaume. Les communautés sont constituées de différents groupes ethniques, chacun possédant sa propre culture et ses propres pratiques économiques. Certaines favorisent l’élevage d’animaux alors que d’autres comptent sur l’agriculture. Plus de 80 % des foyers cultivent du maïs, des haricots, des arachides et des cannes à sucre, mais ils ont toujours du mal à récolter assez de nourriture pour toute l’année.​

Protection des enfants
  • 1 activité de planification a été menée avec des partenaires communautaires, coordonnant le travail de groupes et d'organisations locaux se concentrant sur l'aide aux enfants.
  • 5 ententes officielles ont été signées entre les intervenants communautaires, créant des partenariats qui amélioreront le bien-être d'un plus grand nombre de garçons et de filles.
  • 5 plans conjoints ont été rédigés entre les partenaires communautaires, ce qui aidera à bâtir de manière durable une communauté plus sécuritaire et plus solidaire pour les enfants.
  • 50 garçons et filles ont reçu un certificat de naissance, leur permettant de faire valoir leurs droits en tant que citoyens.
  • 50 femmes et hommes ont appris sur les questions de sécurité et de protection des enfants, aidant à changer les attitudes et les comportements afin de mieux protéger les enfants.
  • 60 partenaires communautaires potentiels ont été identifiés, pour jeter les bases de futurs partenariats qui amélioreront les conditions de vie des enfants.
Santé et nutrition
  • 20 jeunes enfants de 6 à 59 mois ont suivi des programmes de nutrition supplémentaires en raison d’une malnutrition aiguë
Moyens de subsistance
  • 1 canal d’irrigation a été rétablis
  • 10 communautés locales ont un plan de préparation aux catastrophes à jour, aidant à assurer à ce qu’un plus grand nombre de filles et de garçons soient préparés et protégés en cas de crise.
  • 10 hommes et femmes ont appris à négocier pour les coopératives agricoles, afin d'aider les parents à gagner plus de revenus pour subvenir aux besoins de leurs enfants.
  • 10 nouveaux groupes d'épargne ont été formés pour aider les mères et les pères à atteindre une plus grande stabilité financière et à répondre aux besoins de leurs enfants.
  • 104 membres vulnérables de la communauté ont reçu l’appui de groupes d’épargne, afin que les besoins fondamentaux d’un plus grand nombre d’orphelins et d’enfants vulnérables soient comblés.
  • 180 femmes et hommes sont des membres actifs d'un groupe d'épargne local, ce qui les aide à devenir plus stables financièrement.
  • 2 comités de préparation aux catastrophes sont maintenant fonctionnels et aident les familles à se préparer, à intervenir et à se rétablir en période de crise.
  • 3000 agriculteurs travaillent ensemble en groupes pour développer et vendre leurs produits, augmentant ainsi leur revenu afin de mieux subvenir aux besoins de leurs enfants.
  • 62 agriculteurs ont bénéficié de systèmes d’irrigation améliorés
  • 62 agriculteurs ont appris des techniques améliorées pour gérer les terres, les cultures et le bétail, ce qui leur a permis d’accroître durablement leur production agricole et leur revenu pour aider leurs enfants.
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019

Explorez Mtinko

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Mtinko

Mauvaise santé et eau non potable

  • Taux de prévalence du VIH et du sida chez les adultes plus élevé que la moyenne nationale.
  • Manque d’accès à des soins de santé et des établissements sanitaires appropriés.
  • Peu de professionnels de la santé formés, la plupart des habitants consultent des guérisseurs traditionnels et les légendes racontent que la médecine moderne est dangereuse.
  • Manque d’eau potable, car la seule rivière qui traverse la communauté est saisonnière. Les puits non protégés n’offrent ni la quantité ni la qualité d’eau nécessaire pour soutenir cette communauté.

Manque de nourriture

  • Mauvaises récoltes à cause des pratiques agricoles anciennes, du manque de précipitations saisonnières et du manque d’irrigation.
  • Approvisionnement alimentaire irrégulier : seuls 32 % des foyers ont assez de nourriture toute l’année.
  • Certains agriculteurs élèvent du bétail indigène comme le zébu à courte corne de Tanzanie et le mouton Ugogo, mais la productivité reste faible à cause de l’absence de nutrition animale adaptée et de programmes de contrôle des maladies.
  • La déforestation, causée en partie par les feux de brousse fréquents et la hausse de la demande de bois de chauffage, est responsable de l’érosion des sols, qui rendent d’autant plus difficile la culture de produits alimentaires.

Accès limité à léducation

  • Salles de classe surpeuplées dans les écoles primaires de Mtinko.
  • Des études suggèrent qu’il faudrait 438 salles de classe permanentes, alors qu’il n’y en a que 234.
  • Manque de résidences pour les enseignants : il n’y en a que 108 alors qu’il en faudrait 510. Cela entraîne une pénurie d’enseignants.
  • Manque de latrines et fournitures scolaires.
  • Faibles taux d’inscription et d’assiduité.
Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Mtinko, Tanzanie, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès