Manonga

Actualités de la communauté Manonga



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :


La communauté Manonga est situé dans la région Tabora en Tanzanie, au sud du lac Victoria. La zone du projet regroupe 10 villages. La saison des pluies s’étend de novembre à avril et peut être interrompue par des périodes sèches d’un mois. Le reste de l’année est très sec et les mois d’août et de septembre sont les mois les plus chauds.

La majorité des membres de la communauté survivent grâce à l’agriculture et l’élevage de bétail. La production alimentaire est faible, ce qui entraîne la malnutrition des enfants. Il y a très peu d’opportunités de revenus, particulièrement pour les femmes et les jeunes. Près de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins d’un dollar par jour.

L’eau potable est rare, surtout pendant la saison sèche. Les enfants souffrent de maladies véhiculées par l’eau et beaucoup meurent de maladies évitables comme le paludisme. La prévalence du VIH est élevée. Les orphelins, les enfants issus de familles touchées par le VIH et le sida, les mères célibataires, les personnes vivant avec le VIH et le sida et les jeunes sans emploi sont particulièrement vulnérables à la pauvreté et à la malnutrition. Les orphelins risquent fortement d’abandonner l’école à cause de la pauvreté et des responsabilités supplémentaires pour survivre.​

Protection des enfants
  • 2 partenaires communautaires des secteurs public, privé et sans but lucratif ont travaillé avec Vision Mondiale au cours de la dernière année afin d'améliorer les conditions de vie des enfants.
  • 2 ententes officielles ont été signées entre les intervenants communautaires, créant des partenariats qui amélioreront le bien-être d'un plus grand nombre de garçons et de filles.
  • 2 partenaires communautaires potentiels ont été identifiés, pour jeter les bases de futurs partenariats qui amélioreront les conditions de vie des enfants.
  • 3 plans conjoints ont été rédigés entre les partenaires communautaires, ce qui aidera à bâtir de manière durable une communauté plus sécuritaire et plus solidaire pour les enfants.
  • 35 groupes de jeunes ont été formés, donnant aux enfants de 12 à 18 ans un lieu de rencontre, d'apprentissage, de partage d'opinions et de mise en pratique des compétences qu'ils ont acquises.
  • 855 femmes et hommes ont appris sur les questions de sécurité et de protection des enfants, aidant à changer les attitudes et les comportements afin de mieux protéger les enfants.
Éducation
  • 30 nouveaux clubs de lecture ont été lancés, pour aider les enfants à lire et à développer de bonnes habitudes de lecture.
  • 413 filles et garçons d’âge préscolaire sont inscrits à l’éducation préscolaire, afin qu’ils soient mieux préparés à entrer à l’école primaire.
  • 91 bénévoles locaux ont participé à des cours d'alphabétisation, afin d'améliorer la façon dont ils aident les enfants à apprendre à lire et à écrire.
Santé et nutrition
  • 3 groupes se sont attaqués aux problèmes de nutrition
Moyens de subsistance
  • 11 comités de préparation aux catastrophes sont maintenant fonctionnels et aident les familles à se préparer, à intervenir et à se rétablir en période de crise.
  • 11 communautés locales ont un plan de préparation aux catastrophes à jour, aidant à assurer à ce qu’un plus grand nombre de filles et de garçons soient préparés et protégés en cas de crise.
  • 13 hommes et femmes ont appris à négocier pour les coopératives agricoles, afin d'aider les parents à gagner plus de revenus pour subvenir aux besoins de leurs enfants.
  • 221 agriculteurs ont appris des techniques améliorées pour gérer les terres, les cultures et le bétail, ce qui leur a permis d’accroître durablement leur production agricole et leur revenu pour aider leurs enfants.
  • 233 agriculteurs travaillent ensemble en groupes pour développer et vendre leurs produits, augmentant ainsi leur revenu afin de mieux subvenir aux besoins de leurs enfants.
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019

Explorez Manonga

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Manonga

Santé
Saviez-vous que la créature la plus mortelle au monde est le moustique transportant le paludisme ? La prévalence du paludisme est relativement élevée et la maladie touche 49 % de la communauté. C’est un sérieux problème, car le paludisme cause beaucoup de morts, particulièrement chez les jeunes enfants.

Il n’y a que 3 unités de santé et seulement 28 % des membres de la communauté ont un accès facile à des services de soins de santé dispensés par un personnel formé. À cause de l’éloignement des centres de santé, les familles font rarement appel à une assistance médicale, à moins que leur maladie soit grave. Peu de naissances ont lieu dans des centres médicaux et seuls 46 % des membres de la communauté sont vaccinés.

Les écoles, dispensaires et foyers manquent de sources d’eau et les enfants souffrent donc fortement de diarrhée, vers et autres maladies véhiculées par l’eau. La prévalence de la diarrhée est de 45 %. Les pratiques d’hygiène sont mauvaises et seuls 20 % des foyers ont des latrines appropriées.

La prévalence du VIH s’élève à 11,7 % et seulement 25 % des membres de la communauté savent comment prévenir le VIH. La discrimination envers les personnes vivant avec le VIH et le sida est fortement présente. Il existe peu de sources de soutien communautaire ou de revenus pour les orphelins et les personnes vivant avec le VIH/sida.

Le soutien des parrains/marraines des enfants aidera Vision Mondiale à améliorer la santé des enfants et des familles en permettant :

  • de travailler avec le gouvernement, les chefs religieux et d’autres agences sur la prévention du paludisme ;
  • d’informer la communauté sur l’importance de se rendre dans des centres de santé pour bénéficier de traitements ;
  • d’aider la communauté à construire des centres de santé et des sources d’eau supplémentaires ;
  • d’aider les enfants et les femmes grâce à la vaccination, les suppléments en vitamine A et la vermifugation ;
  • de former les membres de la communauté à une bonne hygiène et construire des latrines et des structures pour se laver les mains ;
  • d’informer les membres de la communauté de tous âges sur la prévention du VIH ;
  • de former les églises sur leur rôle pour réduire la discrimination et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH et le sida ;
  • d’établir des coalitions de soins communautaires pour offrir un soutien communautaire durable aux orphelins, enfants vulnérables et personnes vivant avec le VIH et le sida ;
  • d’organiser des clubs de « vie positive » pour les personnes atteintes du VIH et du sida.

Sécurité alimentaire et nutritionnelle
Les récoltes sont mauvaises, les familles se retrouvent donc sans rien avant la prochaine récolte. Seuls 16 % des foyers ont assez de nourriture tout au long de l’année. Le taux de malnutrition de la région est alarmant : 30 % des membres de la communauté souffrent de malnutrition modérée et 10 % souffrent de malnutrition sévère. Les jeunes enfants sont les plus vulnérables face à la malnutrition. Ils sont donc plus vulnérables aux maladies, présentent des retards de croissance et leurs résultats scolaires en pâtissent. Certains meurent même de la malnutrition.

La production de bétail est faible, particulièrement pendant la saison sèche lorsque les animaux n’ont pas assez de végétation à manger et assez d’eau à boire.

Grâce au parrainage d’enfants, Vision Mondiale aidera les familles à avoir accès à suffisamment de nourriture en permettant :

  • de former les agriculteurs aux techniques agricoles améliorées, dont le labourage de la terre avec des charrues, l’utilisation de lisier pour améliorer la fertilité des sols et le recours à des variétés de semences précoces à haut rendement ;
  • d’encourager les cultures alimentaires riches en vitamines telles que les légumes verts feuillus et les patates douces orange ;
  • de former les mères à la nutrition des bébés et enfants en utilisant des produits locaux disponibles ;
  • d’organiser les agriculteurs en groupes pour qu’ils puissent s’entraider et obtenir de meilleurs prix pour leurs produits ;
  • de former les familles au traitement et à la préservation des aliments, pour assurer un approvisionnement toute l’année ;
  • d’offrir des arbres fruitiers pour protéger l’environnement et fournir aux enfants une source de fruits nutritifs durable ;
  • d’offrir aux groupes d’agriculteurs des vaches laitières, des chèvres et des poulets améliorés; de les former à la gestion de bétail ;
  • d’offrir des plants pour augmenter la végétation servant de fourrage aux animaux.

Développement économique
55,9 % des familles vivent avec moins d’un dollar par jour. Les banques sont absentes des communautés rurales telles que celle-ci. Les familles n’ont pas accès à des prêts pour investir dans de meilleurs équipements agricoles ou dans leur petit commerce. Il y a très peu d’opportunités de revenus, particulièrement pour les femmes et les jeunes.

Le parrainage d’un enfant permettra à Vision Mondiale d’aider les familles à mettre en place des moyens de subsistance en permettant :

  • d’établir des coopératives d’épargne et de crédit pour favoriser l’accès des fermes et petits commerces à des prêts ;
  • de former les membres de la communauté à la gestion entrepreneuriale et financière ;
  • d’aider la communauté à mettre en place centre de formation professionnelle ;
  • d’offrir un soutien scolaire aux orphelins pour qu’ils puissent poursuivre leur éducation ;
  • d’établir des activités générant des revenus, particulièrement pour les femmes, pour leur permettre de subvenir aux besoins de leurs enfants, aujourd’hui et demain.​ 
Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Manonga, Tanzanie, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès