Gweri

Actualités de la communauté Gweri



Impact du Coronavirus (COVID-19) sur les opérations de Vision Mondiale

À l'appui des recommandations de santé publique énoncées par l'Organisation Mondiale de la Santé, certaines activités du programme de parrainage ont été temporairement suspendues en raison de la COVID-19. Les activités peuvent inclure des requêtes et de la correspondance de parrain/marraine, des visites de parrain/marraine, des notifications de cadeaux et des livraisons de cadeaux. Ces suspensions temporaires peuvent affecter les informations que vous recevrez de nous dans les semaines et les mois à venir. En savoir plus  sur notre réponse à COVID-19.

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques-uns des domaines sur lesquels nous nous concentrerons cette année :


La communauté rurale de Gweri (qui se prononce goué-ri) se situe à l’est de Kampala, la capitale du pays. Le paysage de Gweri est essentiellement plat avec peu de végétation et quelques vallées qui forment des marais saisonniers. Durant la saison des pluies, les plus fortes précipitations tombent entre avril et mai, puis de nouveau entre août et octobre. La saison sèche qui lui succède dure longtemps, débutant fin novembre pour finir début mars. Les familles habitent des maisons faites de boue ou d’argile avec des toits de chaume.

En plus des tensions dans la région du nord, cette région de l’est de l’Ouganda a été profondément marquée par les conflits opposant les forces gouvernementales aux rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur. Les Iteso représentent la principale ethnie vivant à Gweri. Parmi les 31 900 habitants de Gweri, beaucoup sont pris dans le cycle infernal de la pauvreté. Climat capricieux, sécheresse et inondations périodiques maintiennent le rendement des cultures à un faible niveau. La majorité des ménages, qui vivent du travail de la terre, ont du mal à joindre les deux bouts.

Protection des enfants
  • 106 garçons et filles ont reçu un certificat de naissance, leur permettant de faire valoir leurs droits en tant que citoyens.
  • 145 adultes ont appris comment accéder aux services et à l’information pour assurer la sécurité des enfants et les aider à comprendre comment bâtir une communauté plus sûre pour les enfants.
  • 1990 filles et garçons âgés de 6 à 18 ans ont participé à un groupe d'enfants dans leur communauté locale, afin de les aider à se sentir impliqués et à faire partie de la communauté.
  • 200 adultes ont appris comment accéder aux services et à l’information pour assurer la sécurité des enfants et les aider à comprendre comment bâtir une communauté plus sûre pour les enfants.
  • 243 groupes d'enfants ont pris part à une campagne visant à mettre fin à la violence contre les enfants et à construire une communauté plus sûre pour les filles et les garçons.
  • 25 parents ont suivi une formation pour apprendre à discipliner leurs enfants sans violence physique, afin que davantage de filles et de garçons soient à l'abri des mauvais traitements.
  • 30 enfants ont pris des mesures pour aider à mettre fin à la violence contre les filles et les garçons, en sensibilisant la communauté à la protection des enfants contre les préjudices et les mauvais traitements.
  • 30 mères et pères ont participé régulièrement à des groupes de soutien aux parents, apprenant comment améliorer leurs relations avec leurs enfants et les uns avec les autres.
  • 31 parents comprennent mieux les effets néfastes de la discipline physique sur les enfants, pour que plus de garçons et de filles puissent être élevés dans des foyers plus sûrs et plus heureux.
Éducation
  • 10 systèmes communautaires organisent désormais des activités d’alphabétisation pour les enfants, à l’école et en dehors
  • 52 bénévoles locaux ont participé à des cours d'alphabétisation, afin d'améliorer la façon dont ils aident les enfants à apprendre à lire et à écrire.
Urgence
  • 319 membres de la communauté ont pris connaissance des changements climatiques et de l’environnement, ce qui leur a permis de mieux comprendre leur incidence sur l’environnement.
Moyens de subsistance
  • 125 groupes agricoles et d'agriculteurs se sont formés, aidant les producteurs à travailler ensemble pour obtenir de meilleures récoltes.
  • 2 agriculteurs ont dialogué avec les autorités locales
  • 2 réseaux de chaînes de valeur ont été créés et sont fonctionnels
  • 215 agriculteurs ont reçu des apports de production améliorés
  • 252 ménages ont adopté des pratiques de régénération naturelle gérée par les agriculteurs
  • 350 ménages ont utilisé un four à faible consommation d’énergie
  • 481 ménages disposent désormais de plusieurs sources de revenus
  • 550 agriculteurs ont pu accéder à des services d’appoint
  • 93 groupes d’épargne ont été créés
Eau, Assainissement & Hygiène
  • 16 écoles prennent désormais en compte le sexe dans les installations et les pratiques sanitaires et dans les points d’eau
 
*Résultats obtenus d'octobre 2018 à septembre 2019

Explorez Gweri

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Gweri

VIH et sida
Le taux de prévalence du VIH à Gweri est estimé à 4 %. La stigmatisation et la discrimination envers les personnes atteintes du VIH ou du sida les empêchent de recevoir les soins dont ils ont désespérément besoin, pouvant être la source d’un traumatisme, d’un état de stress ou de dépression.

Le nombre de décès liés au sida, ajouté au nombre de décès causés par les conflits armés a contribué à l’augmentation du nombre de foyers plus jeunes et dirigés par des femmes. Ces filles et femmes, sujettes à la maltraitance, doivent faire face à de nombreux défis, notamment de lourdes responsabilités financières, l’héritage des veuves (lorsqu’une veuve est mariée à un proche de son mari défunt), et la mainmise malhonnête sur la propriété suite au décès du propriétaire masculin.

Les grands-parents, souvent chargés de s’occuper de leurs enfants adultes touchés par la maladie et de leurs petits-enfants devenus orphelins, ont rarement les ressources financières suffisantes pour le faire correctement. Sans orientation et références parentales, les enfants sont mal informés et ne bénéficient pas des renseignements pertinents concernant le VIH, les rendant plus vulnérables à l’exploitation et continuant de perpétuer le cycle de la pauvreté.  

Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Gweri, Ouganda, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès