Bababe

Actualités de la communauté Bababe

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques exemples de nos réalisations rendues possibles par votre soutien en 2017 :


L'enfant que vous parrainez vit dans la communauté Bababe, au sud de la Mauritanie, le long des bords du fleuve Sénégal. Les maisons typiques sont faites de briques en terres et de toits de chaume. La plupart des habitants gagnent leur vie en tant qu'agriculteurs ou éleveurs mais les ressources alimentaires sont irrégulières en raison des sécheresses à répétition, des maladies et du manque de formation en méthodes agricoles efficaces. Le surpâturage et les conflits liés aux droits des terres sont fréquents.

Il y a peu de bonnes routes, il est donc difficile pour les agriculteurs de transporter leurs biens vers le marché. La pratique de production de bétail de prestige (en utilisant le bétail comme outil d'échange pour le mariage ou d'autres évènements plutôt que pour le lait ou la nourriture) est un autre problème actuel. La saison sèche connaît un exode de masse car les hommes quittent Bababe à la recherche de travail. Ils sont souvent absents plus longtemps que la saison sèche et cela réduit la main-d'œuvre disponible, forçant les femmes à s'occuper des tâches difficiles.

  • 320 membres de la communauté ont été formés sur les droits des enfants et sur les problèmes de protection, afin d'assurer la sécurité et la participation des enfants
  • 260 jeunes dirigent ou assistent aux parlements d'enfants pour défendre leurs droits et influencer les décisions locales
  • 10 parlements d'enfants encouragent les jeunes à défendre leurs droits et à participer aux décisions communautaires
  • 10 membres de la communauté ont appris comment travailler avec les autorités locales et influencer les décisions pour améliorer les services et le bien-être des enfants
  • 2 groupes communautaires se sont engagés auprès des autorités locales pour faire valoir leurs droits et créer des changements positifs pour les enfants
  • 300 enfants et jeunes sont meilleurs à l'école grâce au mentorat et aux activités extrascolaires, comme les clubs ou les camps
  • 10 clubs sont mis en place pour les enfants et les jeunes pour améliorer leur apprentissage au travers du mentorat et des activités extrascolaires
  •  56 enfants et membres de la communauté sont mieux équipés pour se protéger des catastrophes et réagir en cas d'urgence
  • 1 groupe communautaire enseigne aux enfants et aux familles à prévenir les catastrophes et à se protéger en temps de crise
  • 30 travailleurs et bénévoles de la santé ont été formés pour fournir des soins sanitaires de qualité, notamment aux femmes et aux enfants
  • 814 enfants et adultes sont membres des groupes d'épargne, aidant les familles à répondre à leurs besoins financiers et à avoir accès à de petits prêts
  • 39 groupes d’épargne aident les adultes et enfants à économiser et à obtenir des prêts pour faire croître leurs entreprises ou couvrir des dépenses de base

Explorez Bababe

conditions actuelles

Pour protéger la vie privée des enfants, cette carte ne montre que la région générale de la communauté, et non l'emplacement exact.

Les besoins à Bababe

Manque de ressources pédagogiques
Bababe présente de nombreux défis qui affectent la qualité de l'éducation des enfants. L'accès limité aux certificats de naissance réduit fortement le taux d'inscription. Le taux d'abandon est très élevé, pour les filles comme pour les garçons. Aujourd'hui, seulement 49,4 % des garçons et 43,6 % des filles vont à l'école et la qualité de l'éducation est généralement mauvaise. Les salles de classe sont surpeuplées et les établissements sont basiques ou non-existants dans certaines régions. En moyenne, il y a plus de 47 élèves par enseignant. Le manque de matériel pédagogique et de ressources contribue aussi à la mauvaise qualité de l'environnement d'apprentissage. Habituellement, 4 élèves partagent un seul et même cahier.

Problèmes de santé
La santé globale à Bababé est minée par de nombreux facteurs, dont une vaccination limitée et un manque de sensibilisation au paludisme, aux maladies transmissibles telles que la méningite et la tuberculose et aux infections transmissibles sexuellement comme le VIH. Il manque aussi de travailleurs de la santé qualifiés et d'établissements. La mauvaise couverture vaccinale rend les enfants vulnérables à de nombreuses maladies qui pourraient être évitées. L'éducation sur la santé est limitée et les perceptions culturelles de la mort entraînent souvent les membres de la communauté à penser qu'ils ne peuvent pas prévenir la maladie. Le paludisme est très répandu et les habitants ont besoin de protection contre les moustiques et d'un accès à des médicaments. Peu de personnes ont un bon accès aux soins de santé et les établissements délabrés ne sont pas conformes aux normes du Ministère de la Santé.

Il y a des postes de santé dans la région mais il n'y a pas assez de personnel qualifié. Il n'y a qu'un seul médecin, 7 infirmières et une sage-femme pour 39 000 personnes. De fait, le centre de santé de Bababé est fourni en équipement de test en laboratoire et de radiologie, mais en raison du manque de personnel, cet équipement n'est pas utilisé. Cela signifie que les familles ne reçoivent souvent pas de soins de santé.

Ressources alimentaires limitées et accès restreint à l'eau
Les mauvaises récoltes rendent la vie difficile à Bababé. Cela est principalement dû à un manque d'outils adaptés, à l'érosion des sols, aux invasions de nuisibles, aux précipitations irrégulières et au manque d'organisation professionnelle parmi les agriculteurs. L'indisponibilité de la nourriture locale rend les enfants vulnérables à la malnutrition et le manque d'eau potable entraîne la propagation de maladies véhiculées par l'eau. Le manque de pâturages affecte aussi l'approvisionnement alimentaire.

Le bétail n'a pas assez de nourriture et d'eau et les maladies animales sont fréquentes. La pêche dans le fleuve à proximité, le Sénégal, a également eu un impact négatif sur l'approvisionnement en poisson. Il y a peu de points d'eau, ce qui augmente le fardeau des femmes et des enfants, qui doivent aller chercher de l'eau tous les jours. Les enfants en particulier sont touchés car le fait d'aller chercher de l'eau tous les jours les empêche de passer du temps à l'école.

Lire La suite

Cycle de vie d'une communauté de parrainage

Bababe, Mauritanie, est en phase 2

PHASE 2: Évaluer et grandir

Nous surveillons les progrès et faisons des ajustements pour atteindre les objectifs. Plus de membres de la communauté s'impliquent, mènent des projets et s'approprient leur succès