Toroly

Actualités de la communauté Toroly

Ensemble, nous changeons concrètement la vie des enfants, des familles et des communautés. Voici quelques exemples de nos réalisations rendues possibles par votre soutien en 2017 :


Le projet Toroly se situe dans une région rurale du centre du Mali, à environ 740 km de la capitale, Bamako. Le projet comprend 2 communes constituées de 42 villages.

Les températures peuvent atteindre de 40 à 45°C durant la saison la plus chaude, entre les mois de mars et de juin. La saison des pluies s’étend de juin à la mi-octobre, mais les précipitations annuelles sont seulement de 400 à 500 mm par an. Pendant la saison sèche qui débute en novembre, l'Harmattan, un vent chaud, sec et poussiéreux, souffle sur toute la région.

Le sol est sableux ou argileux. Il n’y a que très peu d’arbres sur ce territoire, sauf au sud où pousse une petite forêt.

Aucune rivière ne traverse la région, les villages utilisent donc des puits creusés à la main selon la méthode traditionnelle pour obtenir de l'eau. La nappe phréatique est très profonde et le sol est plein d’énormes roches, ce qui rend le creusage d’un puits viable très difficile. Certains villages ont passé de 3 à 7 ans à creuser un puits à la main sans jamais atteindre de nappes d’eau. 

Les maisons sont faites de boue et sont recouvertes de toits de chaume. Il n’y a ni électricité ni eau courante.

L’agriculture constitue la principale source de revenus de 90 % des familles. Le millet, cultivé pour la nourriture et pour être vendu, est la principale culture. Le sorgho, les haricots, le maïs, les arachides et les légumes sont parfois cultivés. De nombreuses familles élèvent aussi du bétail. L’ensemble de la production agricole ne suffit pas à fournir aux familles assez de nourriture et de revenus pour subvenir à leurs besoins essentiels.

L’aliment de subsistance est une sorte de gruau appelé « dèguè » ou « pounou », préparé avec de la poudre de millet mélangée à de l’eau et parfois à du sucre. 
  • 24 membres de la communauté ont été formés sur les droits des enfants et sur les problèmes de protection, afin d'assurer la sécurité et la participation des enfants
  • 15 membres de la communauté ont appris comment travailler avec les autorités locales et influencer les décisions pour améliorer les services et le bien-être des enfants
  • 3 groupes communautaires se sont engagés auprès des autorités locales pour faire valoir leurs droits et créer des changements positifs pour les enfants
  • 212 enfants et jeunes sont meilleurs à l'école grâce au mentorat et aux activités extrascolaires, comme les clubs ou les camps
  • 5 clubs sont mis en place pour les enfants et les jeunes pour améliorer leur apprentissage au travers du mentorat et des activités extrascolaires
  • 56 enseignants et bénévoles ont appris des méthodes d'enseignement adaptées aux enfants afin d'améliorer la qualité de leur éducation
  • 5 écoles ont été rénovées ou équipées avec du matériel éducatif pour fournir aux élèves un meilleur milieu d'apprentissage
  • 833 femmes ont été conseillées sur la manière de se soigner correctement ainsi que leurs bébés au cours de la grossesse et après
  • 833 enfants et femmes ont reçu des moustiquaires pour les protéger contre les maladies telles que la dengue, le paludisme et le virus Zika