Skip to main content
ACCUEIL

Déclaration de Vision Mondiale sur l’arrestation d’un membre de son équipe

Share on Facebook
4 août 2016
 
Le 15 juin 2016, Mohammad El Halabi, responsable des opérations de Vision Mondiale dans la bande de Gaza, a été arrêté alors qu’il rentrait chez lui après des réunions de routine. Le 4 août 2016, après 50 jours dans un centre de détention dans l’État d’Israël, Mohammad a été accusé d’offrir un soutien au Hamas. Vision Mondiale a été estomaquée par les accusations à l’encontre de Mohammad.
 
Vision Mondiale est une organisation humanitaire de développement, de secours et de défense des droits aidant les enfants, les familles et les communautés à combattre la pauvreté et l’injustice. Vision Mondiale vient en aide à la population du monde entier, indépendamment de leurs croyances, leurs origines, leur ethnicité ou leur sexe. Vision Mondiale travaille en Israël et en Palestine depuis plus de 40 ans, faisant tout son possible pour donner de l’espoir à plus de 500 000 enfants parmi les plus vulnérables grâce à des programmes d’éducation, de santé et de protection de l’enfance.
 
Vision Mondiale adhère aux principes humanitaires d’impartialité et de neutralité. Elle s’oppose ainsi à toute implication politique, militaire ou terroriste et conserve son indépendance en tant qu’organisme d’aide humanitaire, déterminé à servir les plus démunis, en particulier les enfants. Vision Mondiale dispose de procédures et de mécanismes de contrôle détaillés mis en place afin de garantir que les fonds qui lui sont confiés sont dépensés selon les exigences applicables par la loi et de manière à ne pas alimenter les conflits, mais à contribuer au maintien de la paix.
 
Les programmes de Vision Mondiale dans la bande de Gaza ont été soumis à des vérifications internes régulières et indépendantes ainsi qu’à des évaluations indépendantes. Une vaste gamme de procédures de contrôle interne permet de garantir que les ressources sont distribuées aux bénéficiaires visés et utilisées conformément aux lois applicables et aux exigences du donateur. Nous n’avons aucune raison de penser que ces accusations sont vraies. Nous vérifierons avec attention chaque preuve fournie et prendrons les mesures appropriées en conséquence. Nous continuons de demander un processus juridique équitable pour Mohammad.

(Mise à Jour 4:20pm, 4 août  2016)

Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Stéphanie Quirion, Kilicom Relations publiques, 514 845-8222, p. 223, squirion@kilicom.com


DANS CETTE SECTION

Quick Launch

SÉLECTIONNER UN PAYS

CONTINENT
PAYS
Répartition des fonds