Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Service à la clientèle Comment nous joindre Carte du site Sécurité et protection des renseignements personnels
World Vision Canada
Une enfant parrainée raconte

Le jour de la remise des bulletins, Teriano Lesancha, six ans, a couru de l’école à sa maison située dans un village masaï éloigné dans le sud du Kenya.

« Regarde! » dit-elle à sa grand-mère bien-aimée. J’ai eu une meilleure note que mes cousins! »

Mais sa grand-mère analphabète hoche la tête. « L’enseignant a fait une erreur, dit-elle. Une fille ne peut pas avoir une meilleure note qu’un garçon. »

Teriano, décontenancée, a le cœur brisé. L’aînée de 15 enfants, progéniture des trois femmes de son père, avait l’uniforme et les livres nécessaires pour aller è l’école. Et elle avait d’excellentes notes ... elle était même première de classe.

Mais Teriano avait appris le respect des aînés et elle devait donc croire ce que grand-mère disait. « Je ne suis qu’une fille », se répétait-elle. Elle a donc cessé de lever la main en classe.

Aujourd’hui il est difficile d’imaginer la petite écolière timide. Âgée de 27 ans, Teriano est confiante et s’exprime bien. Teriano a fait du chemin, mais celui-ci a été semé d’embûches; il lui était souvent difficile de trouver le juste équilibre entre les traditions et la culture des gens qu’elle aime et l’attrait du monde extérieur.

Née dans un vaste village sans électricité ni eau courante situé à deux heures au sud de Nairobi, Teriano a appris très tôt que les attentes n’étaient pas les mêmes pour les garçons et les filles.

Dans la culture pastorale des indigènes masaïs, elle avait été « réservée » ou promise en mariage à un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Son père recevrait une vache en dot. Elle n’aurait aucun choix.

« Ce n’est pas que mon père ne m’aimait pas, explique-t-elle. Cela fait simplement partie de notre culture. Bien que j’aie obtenu les plus hautes notes de l’école au primaire, je ne pensais pas au secondaire parce que je savais devoir me marier. Je n’aimais pas l’idée, mais ce n’était pas ma décision. »

Mais sa mère, la plus grande inspiration de Teriano, a tenu tête à son mari, le convainquant que leur fille extrêmement intelligente devrait aller au secondaire et retarder son mariage.

Pensionnaire dans une école secondaire d’une autre ville, Teriano a continué d’exceller. L’expérience lui a ouvert les yeux. Elle a décidé qu’elle ne deviendrait pas une femme traditionnelle. Elle désirait aller à l’université.

Cette fois, c’est Teriano elle-même qui a tenu tête à son père. Ce fut une conversation difficile et chargée d’émotions. Mais son père l’a surprise. Malgré la désapprobation de la communauté, il a fini par accepter d’annuler le mariage et de lui donner la permission d’aller à l’université de Nairobi.

Après avoir obtenu son diplôme, Teriano était fière d’obtenir son premier emploi comme travailleuse communautaire de Vision Mondiale dans le village où elle a grandi et bénéficié du parrainage de Vision Mondiale. Pourtant, les gens ont mis beaucoup de temps à accepter qu’une femme tienne un rôle de leadership. « La première réunion a été un vrai désastre, se souvient-elle. Ils m’ont dit que je n’étais qu’une fille et que je devais les écouter! »

Mais en leur démontrant son appréciation à l’égard de leur culture partagée et son profond désir d’utiliser son éducation pour leur venir en aide, Teriano a gagné leur confiance. Elle est demeurée au poste durant trois ans, aidant des femmes à lancer une entreprise de vente de bijoux en perles traditionnelles.

Il y a trois ans, Teriano est arrivée au Canada pour poursuivre ses études. Elle rêve de retourner un jour dans son village et de construire une école qui encourage de façon respectueuse les Masaï à s’adapter à un monde changeant et à croire dans le potentiel des filles et des femmes.

« J’adore être Masaï, mais je suis également une femme instruite. Je sais que je peux combiner les deux », dit-elle.

Aidez à transformer la vie d’un enfant. Cliquez ici pour parrainer un enfant dès aujourd’hui.

Teriano dans un habit traditionnel de la culture masaï.
Parrainez un enfant
Droits d'auteur Vision Mondiale 2012. Tous droits réservés. N° d'entreprise : 119304855RR0001