Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Service à la clientèle Comment nous joindre Carte du site Sécurité et protection des renseignements personnels
World Vision Canada
Position de Vision Mondiale

L’ampleur de la destruction découlant de l’escalade de la violence à Gaza, depuis le 27 décembre, est sans précédent. Après des semaines de blocus imposé aux frontières de Gaza, la flambée de violence militaire a aggravé les difficultés qu’affrontent les civils, tout particulièrement les enfants, qui portent les séquelles physiques et émotives de la violence. Vision Mondiale demande avec insistance à toutes les parties de renouveler leur engagement à l’égard d’un cessez-le-feu immédiat.

Ce sont les plus vulnérables — les enfants et autres civils — qui souffrent le plus dans de telles situations. Lors de la récente attaque à Gaza, des dizaines d’enfants ont été tués ou blessés ; ce nombre vient s’ajouter à plus de 1 000 Palestiniens et plus de 100 enfants israéliens qui ont trouvé la mort au cours de ce conflit qui sévit depuis 2000. En outre, d’innombrables enfants de Gaza et du sud d’Israël vivent dans la crainte, conséquence de la violation du cessez-le-feu. Nous pleurons tous les morts et sommes profondément préoccupés par l’impact durable de cette violence sur les populations touchées.

Vision Mondiale n’a cessé de prier tous les camps de renoncer à la violence. Par surcroît, nous avons demandé de lever le blocus de 18 mois qui isole 1,5 million de Palestiniens et a dévasté l’économie de Gaza, suspendu les services et forcé la population à dépendre entièrement de l’aide humanitaire. Les bombardements ont lieu alors que la population gazane est déjà durement touchée et vit dans une pauvreté abjecte.

Dans la bande de Gaza, les programmes de Vision Mondiale profitent à des milliers d’enfants. Notre personnel fait de son mieux pour continuer à servir ces enfants, leurs familles et communautés malgré l’accès extrêmement restreint de l’aide humanitaire. Vision Mondiale et d’autres organismes internationaux, incluant l’UNICEF, témoignent de la gravité du stress physique et psychologique dont souffrent les enfants, qui composent plus de la moitié de la population de Gaza. Les attaques répétées ne servent qu’à aggraver leur situation.
 
Toutes les parties au conflit ont la responsabilité de protéger les droits des enfants. La Convention relative aux droits de l’enfant stipule que les États parties ont l’obligation, conformément au droit international humanitaire, de protéger les enfants. Israël, à titre de signataire de la Convention, doit prendre toutes les mesures réalisables pour assurer la protection et les soins des enfants touchés par un conflit armé. Les acteurs non étatiques, tels que le Hamas, sont également liés par les dispositions de la loi internationale à observer les droits spéciaux des enfants à la protection. Toutes les parties contrevenant à ces lois devraient être tenues responsables de leurs actions.

Nous faisons énergiquement appel au Quatuor (composé de l’Union européenne, du Secrétaire général de l’ONU, des États-Unis et de la Russie) pour qu’il négocie un cessez-le-feu immédiat. Une fois ce dernier décrété, les efforts doivent être intensifiés pour que l’on reprenne les pourparlers et qu’une solution durable à ce conflit de longue date soit adoptée. Enfin, les organismes humanitaires doivent obtenir l’accès inconditionnel aux personnes nécessiteuses.

Pour lire le communiqué de presse de Vision Mondiale sur cette situation, cliquez ici.

   


Droits d'auteur Vision Mondiale 2012. Tous droits réservés. N° d'entreprise : 119304855RR0001