Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Service à la clientèle Comment nous joindre Carte du site Sécurité et protection des renseignements personnels
World Vision Canada
Cinq endroits difficiles où les garçons doivent grandir

Par Jocelyn Bell

Dans presque tous les pays du monde, les garçons ont des avantages sur les filles. Ils sont mieux éduqués, mieux nourris et moins victimes du VIH et, dans plusieurs cultures, ils sont plus valorisés par leurs parents. Malgré le privilège accordé par leur sexe, la vie des garçons peut être courte et brutale.

Voici quelques raisons qui expliquent pourquoi les Nations Unies considèrent la Sierra Leone, le Tchad, le Myanmar, le Lesotho et le Swaziland comme des endroits très difficiles où grandissent les garçons.

La Sierra Leone : survivre les premiers cinq ans
Tant pour les garçons que pour les filles, la Sierra Leone est peut-être le pire endroit au monde où naître. Plus d’enfants y meurent avant l’âge de cinq ans que dans tout autre pays – 270 morts pour 1 000 naissances. La malnutrition est un facteur contributif dans 50 pour cent de toutes les morts infantiles avant l’âge de cinq ans. Parmi d’autres causes de décès chez les enfants, il y a la pneumonie, la diarrhée, le paludisme, la rougeole et le sida. 

Vision Mondiale travaille en Sierra Leone depuis 1978 ou, entre autres, elle forme les accoucheuses traditionnelles et distribue des médicaments.

Tchad : travail forcé
Le Tchad a le taux de main-d’œuvre enfantine pour garçons le plus élevé au monde. Dans ce pays, 54 pour cent des garçons âgés de 5 à 14 ans effectuent du travail qui nuit à leur santé, leur croissance et leur éducation et, dans les pires cas, ce travail peut leur coûter la vie. Dans des cas extrêmes au Chad, les garçons sont parfois forcés de travailler comme esclaves pour mener des troupeaux, mendier dans la rue et servir dans l’armée nationale.  

Vision Mondiale travaille au Tchad depuis 1985 et aide présentement quelque 400 000 personnes.

Lesotho : manque d’éducation
Dans la plupart des pays, l’assiduité scolaire est plus élevée chez les garçons que chez les filles. Toutefois, au Lesotho, un petit pays de l’Afrique méridionale, ce sont les garçons qui sont absents. Une fois arrivés à l’école secondaire, seulement 19 pour cent des garçons y sont inscrits, comparativement à 30 pour cent des filles. En montagne, les garçons à peine âgés de sept ans doivent souvent abandonner l’école et quitter leur domicile pendant des mois pour s’occuper du bétail. Ces « petits vachers », comme on les appelle, sont exposés à l’isolement, aux mauvaises conditions météorologiques et à des sévices physiques, émotifs et sexuels. À l’âge adulte, 74 pour cent des hommes du Lesotho ne peuvent ni lire ni écrire, comparativement à 90 pour cent des femmes.

Vision Mondiale a commencé à travailler au Lesotho en 1976 où elle aide à fournir de l’éducation, de la nutrition et du soutien aux enfants orphelins et vulnérables.

Cliquez ici pour découvrir les 2 derniers pires endroits pour la gent masculine.

Au Tchad, les garçons à peine âgés de cinq ans sont forcés à travailler. Cette pratique non seulement réduit leur accès à l’éducation, mais elle leur coûte parfois la vie. Photo: Djimte G Salomon/World Vision
Parrainez un enfant
Droits d'auteur Vision Mondiale 2012. Tous droits réservés. N° d'entreprise : 119304855RR0001