Skip Ribbon Commands
Skip to main content
Service à la clientèle Comment nous joindre Carte du site Sécurité et protection des renseignements personnels
World Vision Canada
Discuter de tragédies avec des enfants

Par Karen Stiller

La plupart des parents aimeraient bien éviter d'avoir à discuter de tragédies avec leurs enfants. Si seulement ces derniers n'entendaient pas parler de tsunamis, séismes, tueries dans les écoles, orphelins du sida et autres.

Ce qui n'est pas le cas, bien sûr. Et les enfants d'un âge raisonnable apprendront à mieux comprendre les nouvelles tristes s'ils les apprennent des personnes qui les aiment le plus au monde - leurs parents. Voici quelques suggestions pour vous aider à accomplir cette tâche difficile.

Commencez par les écouter
Découvrez ce que vos enfants savent sur le sujet ou croient savoir. Stephanie Rabenstein, spécialiste de la thérapie familiale et enfantine de London, en Ontario, suggère aux parents de lancer la conversation sur la tragédie en disant aux enfants la simple vérité, puis en leur demandant : « Qu'aimerais-tu savoir ? » 

Donnez des réponses claires et simples
Limitez votre réponse à la question posée et usez d'un langage simple et clair, que l'évènement soit personnel, comme la mort d'un être cher ou global, comme les tsunamis ou le massacre à Virginia Tech. Leur expliquer que les êtres chers se sont endormis et ne se réveilleront pas ou même « qu'ils nous ont quittés » ne veut rien dire pour un enfant et pourrait même embrouiller les choses. 

Limitez l'exposition à la couverture médiatique
Bien qu'il puisse être correct de suivre ce qui s'est produit, un parent devrait être présent et la période d'écoute, brève ; suivre des évènements extrêmement tristes à la télévision durant plusieurs heures ne sert à rien, quel que soit l'âge du téléspectateur. 

Assurez-vous qu'ils se sentent en sécurité
Lorsque surviennent des tragédies, les jeunes enfants pourraient se demander si la même chose pourrait arriver dans leur ville. Si vous savez que c'est une catastrophe naturelle qui ne peut pas se produire dans votre région, dites-le aux enfants. Se mettre à la place des victimes de certaines situations n'est pas néfaste - c'est un signe d'empathie, un mécanisme social essentiel, mais surveillez toutefois que l'enfant ne s'inquiète pas outre mesure.

Si vous ne connaissez pas la réponse, admettez-le
Si votre enfant vous pose une question à laquelle vous ne pouvez pas répondre, dites-le lui, puis faites des recherches pour l'aider à comprendre la situation. Votre enfant doit savoir qu'il peut avoir confiance en vous. Et s'il vous pose la question la plus redoutée : « Pourquoi est-ce que c'est arrivé ? », n'ayez pas peur de lui répondre : « Je ne sais pas. » Si vous faites partie d'un groupe confessionnel, l'amour, l'espoir et le réconfort offerts par le groupe peuvent être une aide inestimable pour que votre enfant comprenne que, malheureusement, il arrive que des évènements terribles se produisent.

Savoir que leurs parents sont là pour eux, prêts à leur dire la vérité en toute simplicité et en doses qu'ils peuvent avaler, aide les enfants à reconnaître qu'ils sont en sécurité, aimés et capables de faire face à la tragédie lorsqu'elle frappe.

Intervention au cyclone du Myanmar
Vision Mondiale lance un appel aux gens d'ici dans l'espoir de recueillir trois millions de dollars. Votre don généreux permettra d'offrir un appui essentiel d'importance vitale aux habitants du Myanmar.

Veuillez faire un don sans délai.

Discuter en douceur de sujets difficiles et dissiper leurs craintes permet aux parents d’aider leurs enfants à accepter certaines situations.
Parrainez un enfant
Droits d'auteur Vision Mondiale 2012. Tous droits réservés. N° d'entreprise : 119304855RR0001