Skip to main content
Artistes impliqués

Joannie Rochette

Partager sur Facebook
Joannie Rochette

Joannie Rochette nous raconte son expérience avec Vision Mondiale lors de son voyage au Pérou:



J’ai effectué une visite d’une semaine au Pérou dans le cadre d’un voyage humanitaire pour Vision Mondiale.

Je m’y attendais un peu, mais ce fut quand même un choc.

J’ai voyagé dans plusieurs pays pour les compétitions, mais jamais je n’avais été confrontée à une telle pauvreté.

En compagnie de représentants de Vision Mondiale et d’une équipe de télé, j’ai visité un petit village à Ventanilla, à une heure et demie de route de Lima, la capitale.

J’ai rencontré des familles de fermiers qui venaient de s’y installer. Ils squattaient de touts petits bouts de terre en attendant que le gouvernement ne leur donne un petit terrain à eux. Les maisons sont minuscules et minimales : murs en bois, toit en paille et plancher de terre.

Ce qui m’a vraiment étonnée, c’est que les gens ont souvent un cellulaire ou un accès à la télévision. Ils peuvent donc comparer leurs conditions de vie aux nôtres, ce qui est dur pour eux.

Bien sûr, c’est difficile de voir des enfants vivre comme ça, mais ce que j’ai vu au Pérou, ce sont plutôt des histoires à succès. Les programmes de Vision Mondiale fonctionnent bien. Plutôt que de simplement offrir de l’argent, ce qui en bout de ligne ne changerait pas grand-chose, Vision Mondiale concentre plutôt ses efforts sur l’éducation, l’autonomie, l’amélioration des conditions d’hygiène et de santé.

Null

J’ai vraiment été impressionnée par l’accueil des gens. Une femme, mère monoparentale de trois enfants, s’est mise à pleurer quand on est arrivé chez elle. Elle trouvait que sa maison n’était pas assez bien pour nous recevoir. Ça m’a tellement touchée. Malgré des conditions difficiles, ils tiennent à nous accueillir dans la dignité.

J’ai bien tenté d’expliquer aux jeunes ce qu’était le patinage artistique. J’ai fait des arabesques et des sauts dans les airs et je leur ai montré des photos et des vidéos. Mais ce n’était pas toujours évident de comprendre que je patine sur de l’eau glacée!

J’ai aussi visité Cusco, un petit village dans les Andes. Les gens y vivent de l’agriculture. C’était assez dépaysant de voir les gens laver leurs vêtements dans la rivière et de côtoyer des petits animaux en liberté dans les maisons. Là-bas aussi, la vie est dure, mais ils ne manquent pas de nourriture. Ils doivent cependant marcher quatre heures pour aller vendre des légumes en ville. À cette altitude, je montais une côte et j’étais morte. Je ne pouvais pas m’imaginer marcher pendant quatre heures.

L’expérience a été très enrichissante. Moi, si ma journée va mal, c’est parce que je n’ai pas réussi mes sauts sur la glace. Eux, ils travaillent toute la journée pour le prochain repas. Ce n’est pas le même mode de vie ni la même mentalité. En tout cas, je me souviendrai toute ma vie de ce voyage.

TROUVEZ UN ENFANT


Anniversaire

Trouvez un enfant